Les chirurgiens-dentistes au chevet du SAHOS (Syndrome d’Apnées-Hypopnées Obstructives du Sommeil) : quand la prise en charge du patient rend un service médical majeur.

Interview Dr Emmanuel d’INCAU

Les Chirurgiens-dentistes qui traitent le SAHOS ne sont pas assez nombreux en France. Or, la prise en charge évite de nombreux risques, cardiovasculaires compris, et améliore la qualité de vie des patient(e)s. Une journée de formation suffit.

Emmanuel d’Incau fait bouger les positions au sujet de la Médecine dentaire du sommeil et de la prise en charge du syndrome d’apnée du sommeil avec la journée de formation intitulée « Traitement du SAHOS et réalisation d’orthèse d’avancée mandibulaire » qui aura lieu le 17 octobre prochain, à Aix-en-Provence.

Dr Emmanuel d’INCAU – Chirurgien-dentiste – MCU-PH – Université de Bordeaux – Groupe Hospitalier Pellegrin, CHU de Bordeaux – Service de Médecine Bucco-Dentaire.

INVIVOX : Quelle est votre spécialité ?

Dr Emmanuel d’Incau : Je travaille essentiellement sur les troubles fonctionnels oro-faciaux et la Médecine dentaire du sommeil dans une approche transversale qui fait appel à d’autres spécialités. Dans notre service, nous prenons en charge les troubles du sommeil liés au syndrome d’apnée mais aussi l’insomnie, le bruxisme (grincement des dents)...

INVIVOX : Trouvez-vous que la prise en charge des patients est efficace ?

Dr Emmanuel d’Incau : Le réseau de prise en charge du SAHOS par les Chirurgiens-dentistes n’est pas encore assez développé en France. Nous sommes encore trop peu nombreux.

INVIVOX : Quel est le rôle du Chirurgien-dentiste par rapport au SAHOS ?

Dr Emmanuel d’Incau : Son premier rôle est de dépister et d’adresser le patient à un spécialiste qui, lui, fera un diagnostic. Si le patient est diagnostiqué avec un SAHOS, sa prise en charge peut faire appel au Chirurgien-dentiste. Son deuxième rôle est, quand c’est indiqué, de mettre en place une orthèse d’avancée mandibulaire (OAM).

INVIVOX : Quel est l’intérêt de la formation que vous proposez, à qui s’adresse-t-elle ?

Dr Emmanuel d’Incau : C’est essentiellement de développer le réseau de prise en charge et le service médical majeur que l’on rend aux patients. C’est ce que j’enseigne déjà en formation initiale aux étudiants de Chirurgie dentaire à la Faculté des Sciences Odontologiques de l’Université de Bordeaux et en formation continue auprès des Chirurgiens-dentistes, mais aussi quelques Oto-Rhino-Laryngologues (ORL).

INVIVOX : Quelle est la prévalence du SAHOS ? 

Dr Emmanuel d’Incau : Le nombre de patients atteints de SAHOS est sous-estimé. Nous savons, à partir d’étude populationnelle d’autres pays comme la Suisse (*), quelle est leur prévalence. La France, de facto, représente les mêmes pourcentages. Le SAHOS, associé à une somnolence diurne excessive, toucherait 12% des hommes et 6% des femmes. D’autre part, la prévalence de l’obésité augmente et c’est un facteur de risque majeur. En France, on est largement en dessous de ces valeurs en terme de diagnostic. Le réseau de prise en charge n’est pas encore assez développé.

INVIVOX : Quels sont les signes et symptômes du SAHOS ?

Dr Emmanuel d’Incau : Les signes sont objectivables, par l’entourage, par exemple. Les symptômes sont subjectifs, ils sont ressentis par le patient. Certains ont lieu à l’éveil, d’autres pendant le sommeil, pas nécessairement la nuit. Le signe le plus évocateur pendant le sommeil : les ronflements. Le symptôme le plus évocateur à l’éveil : la somnolence. Les céphalées matinales sont un des autres symptômes avec la sensation de sommeil non-réparateurs etc.

Emmanuel d’INCAU Radhia BENBELAÏD Maria Clotilde CARRA Bernard FLEITER Jean-François LALUQUE Jean-Arthur MICOULAUD-FRANCHI. Médecine dentaire du sommeil : une autre compétence du chirurgien-dentiste. Clinic 2018:39:339-345.

INVIVOX : Le SAHOS peut-il être grave ? 

Dr Emmanuel d’Incau : Il y a de nombreuses pathologies associées (problèmes coronariens, dépression, risque de somnolence et donc d’accidents de conduite etc.) dont la plus grave est l’accident vasculaire cérébrale (AVC). Les événements respiratoires anomaux au cours du sommeil sont beaucoup plus fréquents qu’on ne le pense. C’est d’ailleurs très discuté en ce moment.

Emmanuel d'INCAU Maria Clotilde CARRA Mathilde JACQUEMONT Bernard FLEITER Jean-Arthur MICOULAUD-FRANCHI Thomas COLARD. Syndrome d'apnées du sommeil et comorbidités : les liaisons dangereuses. Clinic 2019;40:265-277. 

 

INVIVOX : A quel stade décidez-vous de réaliser une orthèse ?

Dr Emmanuel d’Incau : Quand le spécialiste du sommeil a analysé la situation et a prescrit une orthèse. Le cadre d’indication principal d’orthèse d’avancée mandibulaire est un(e) patient(e) qui a entre 15 et 30 événements respiratoires anomaux par heure sans comorbidité cardiovasculaire grave. Dans ce cas, l’orthèse est moins efficace que d’autres types de dispositifs comme la ventilation par pression positive continue (PPC). Cependant elle est mieux tolérée et portée plus longtemps au cours du sommeil. L’OAM est donc aussi efficiente que la PPC.

INVIVOX : Comment est organisée la journée de formation ?

Il y a une première partie sur le sommeil normal (pourquoi on dort, quelles fonctions vitales sont assurées au cours du sommeil, au niveau physiologique et psychologique), qu’est–ce qui va être altéré en présence de troubles du sommeil etc. Dans les troubles du sommeil, il y a 7 familles dont les troubles respiratoires. Dans ces troubles, il y a une sous-famille qui est le syndrome d’apnée, qui reste le plus fréquent avec l’insomnie chronique. La deuxième partie de la matinée porte sur les troubles respiratoires du sommeil et le syndrome d’apnée (dépistage, diagnostic, facteurs de risque etc.). L’après-midi est consacrée à l’orthèse d’avancée mandibulaire avec la partie administrative et la partie technique.

INVIVOX : Qu’est-ce qui est compliqué dans la pose de l’orthèse ?

Dr Emmanuel d’Incau : La complexité est apparente mais au final c’est très simple. Le premier cas peut paraître compliqué, surtout sur le plan administratif, car pour la pratique on est accompagné par les fabricants d’orthèse. Si on suit cette formation, on est opérationnel immédiatement. Précisons simplement que l’orthèse maintient au cours du sommeil la mâchoire du bas en avant, ce qui permet de libérer les voies aériennes supérieures.

Figure 1 : enregistrement de la propulsion initiale souhaitée et de l’espace d’inocclusion à l’aide d’une gauge. Figure 2 : orthèse d’avancée mandibulaire de type Flex® (Somnomed) en situation intra-buccale. Figure 3 : titration de l’orthèse de type Flex® (Somnomed).
"Les risques associés aux syndromes d’apnée coûtent très chers à la société, dans la prise en charge, dans la mortalité, c’est potentiellement un trouble très grave. Une simple orthèse rend un service majeur. C’est peut-être le service le plus important qu’un chirurgien-dentiste peut rendre à son patient."

INVIVOX : En quoi cette formation permet-elle d’éviter les problèmes ?

Dr Emmanuel d’Incau : On aborde de nombreux aspects outre la pratique pure comme les indications et contre-indications à l’orthèse : les caries en bouche, les douleurs musculaires et/ou articulaires, ou les problèmes parodontaux...

INVIVOX : Pourquoi avez-vous décidé d’utiliser les orthèses Somnomed ?

Dr Emmanuel d’Incau : Les deux leaders mondiaux sont australiens, la spécificité de Somnomed est d’être spécialisé dans l’OAM et de proposer un dispositif sur mesure sans bielle. Cette spécificité est bien acceptée par les patients qui gardent un certain degré d’ouverture buccale à la demande.

INVIVOX : Quelle va être la partie la plus importante / la plus populaire selon vous ? 

Dr Emmanuel d’Incau : La partie pratique, savoir comment on applique les actes très pratico-pratiques.

Share this article