Les cabinets dentaires optimisent leur organisation à l'heure du numérique

La technologie CFAO (Conception et fabrication assistée par ordinateur), qui a fait ses preuves en beaucoup d’applications industrielles déjà, s’impose aussi dans le domaine du dentaire. Comment optimiser l’organisation de son cabinet aussi bien sur des actes généralistes qu’esthétiques avec le CEREC développé par Dentsply Sirona, le point avec un expert qui a vécu les débuts de la technologie.
Dr Fabienne JORDAN - Chirurgien-dentiste - Formatrice CEREC pour Dentsply Sirona (http://dentsplysirona.com/) depuis 1991 et intervenante à l’Académie du Sourire (http://academie-du-sourire.com/).

INVIVOX : Comment a démarré votre collaboration avec Dentsply Sirona et qu’est-ce qui vous a amené à devenir formatrice CEREC ?

Dr Fabienne JORDAN : J’ai commencé la CFAO dentaire en tant que testeur des améliorations et formatrice auprès des nouveaux utilisateurs. J’ai eu la chance en 1984 de rencontrer l’inventeur, Dr. François Duret (chirurgien-dentiste et ingénieur français). Ce dernier avait une vision très globale de la technologie. Il était « talonné » de quelques mois par le chirurgien-dentiste allemand Dr. Werner Mörmann dont le projet moins ambitieux se restreignait uniquement à de la lecture de forme et du fraisage numérique à froid. Les équipes allemandes ont pris les Français de vitesse en trouvant rapidement le bon partenaire avec Siemens. Le CEREC était né et allait devenir le premier système de CFAO et le leader mondial. Comme toutes les technologies de rupture, il a fallu du temps pour faire accepter que le numérique en dentisterie était l’avenir de la profession. Au début, les barrières à la diffusion de l’innovation étaient le prix, la technologie perfectible. La précision a tout de suite été au rendez-vous, déjà équivalente à l’empreinte physique classique. Le frein numéro un fut surtout la résistance au changement.

Cette interview a eu lieu avant la pandémie CoVID-19 et toutes ses conséquences organisationnelles, dont nous tiendrons compte par l'établissement de protocoles adaptés.
"L’innovation digitale en dentisterie restauratrice et prothétique est exponentielle. Les fabricants de matériaux biomimétiques l’ont bien compris. Les indications ne cessent de s’étendre, et ce également dans le domaine de l’implantologie. Les laboratoires de prothèses sont toujours aussi présents, favorisés en cela par l’interactivité numérique."

INVIVOX : La gamme de solutions CEREC couvre : la restauration (prothétique comprise), l'implantologie et l'orthodontie, pour les procédures en cabinet, mais aussi entre cabinets et laboratoires, est-elle à ce jour la plus complète du marché ?

Dr F. J. : Le CEREC est sans doute la solution la plus complète. Celle de 3Shape est également très intéressante bien que ne possédant pas de système d’usinage sous sa propre marque ; puis nous trouvons de nombreux autres acteurs industriels sur les caméras. Il existe également de nombreux logiciels au sein des laboratoires de prothèses tels qu’Exocad développant des partenariats avec d’autres fabricants pour la caméra et l’usineuse.

INVIVOX : Pouvez-vous nous expliquer la nuance entre CEREC Direct VS CEREC Connect ? 

Dr F. J. : Avec CEREC Direct, nous maîtrisons la production : nous ne faisons pas seulement l’empreinte optique ; nous allons jusqu’à la conception virtuelle sur l’écran de l’élément à reproduire (facette, couronne, bridge…) que nous usinons au cabinet dans des matériaux adaptés. Puis nous réalisons l’état de surface, le maquillage avec retour du patient au fauteuil. Nous expliquons au cours de nos formations quelle est la meilleure chronologie pour la séance. Faut-il faire attendre le patient pendant la fabrication ou le faire revenir pour une deuxième séance ? Le patient peut aussi repartir avec une restauration provisoire fabriquée par le dentiste avec CEREC Direct.

Le CEREC Connect, est une plate-forme de connexion vers l’extérieur qui permet au chirurgien-dentiste de déléguer et partager vers un laboratoire de prothèses, un centre d’orthodontie ou d’usinage. Par ce biais, les chirurgiens-dentistes peuvent faire énormément de choses outre l’usinage comme l’impression 3D, la stéréolithographie… qui nécessitent des investissements importants qu’un cabinet n’a pas toujours intérêt à intégrer. Il est donc important de savoir selon l’indication si le dentiste doit fabriquer lui-même ou déléguer. Les laboratoires sont équipés à 75% de passerelles qui permettent de réceptionner les projets, libre à eux d’utiliser matériels et matériaux de leur choix. Le format est le STL (celui du CEREC étant de très haute qualité).

"Nous avons beaucoup gagné en fluidité, en communication, en temps, en fiabilité grâce au développement du numérique."

INVIVOX : En quoi l’intégration des solutions CEREC au sein d’un cabinet est-elle compliquée ?

Dr F. J. : Intégrer le CEREC n’est pas si simple. Il faut apprendre à manier l’outil caméra, le collage, le choix des matériaux et les interfaces logiciels qui évoluent avec des mises à jour régulières… C’est l’objet d’une formation initiale de 2 jours que j’anime pour Dentsply Sirona à destination de mes confrères dentistes qui font l’acquisition d’un système CEREC complet. Nous sommes 12 praticiens formateurs en France. Je pense que la courbe d’apprentissage est d’un mois. La deuxième étape, la plus complexe, est l’intégration au sein du cabinet : que dois-je dire à mes patients, comment dois-je facturer, quelles sont les codifications à utiliser (nouvelle nomenclature CCAM et rédaction des devis en optimisant les cotations pour le patient), comment organiser mon carnet de rendez-vous... Le CEREC implique de changer pratique et plan de traitement (impossible de voir 30 patients par jour, nous n’avons plus 4 séances mais une ou deux). C’est l’objet de la formation que mon confrère Olivier Lemaire et moi  proposons. Nous ferons également beaucoup de TP avec des cas cliniques pour montrer les différents plans de traitements possibles : est-ce qu’on maîtrise tout en Direct ou est-ce qu’on envoie en Connect, comment regrouper les actes, etc. Parfois les praticiens assistent à cette formation avant de se décider à investir dans le CEREC. Ils peuvent aussi venir avec leurs cas patients. Nous échangeons beaucoup sur leur propre configuration de cabinet.

  

INVIVOX : Pouvez-vous nous développer les aspects de segmentation de pratique et de la personnalisation de l’organisation CEREC ?

Dr F. J. : Il est important de comprendre comment est actuellement organisé le cabinet : le praticien est-il seul ou travaille-t-il avec une assistante ? Est-ce qu’il délègue certaines étapes ? Dispose-t-il d’un ou de deux fauteuils ? Est-ce un cabinet de groupe, de ville ? Est-ce qu’il ne fait que de l’implantologie ? Prévoit-il de faire de l’esthétique ? Toutes ces considérations qui seront différentes d’un cabinet à un autre sont importantes pour comprendre la configuration de chacun et aider les participants à optimiser leur organisation et répondre à leurs attentes. C’est pour cela que nous formons en petits groupes.

 

INVIVOX : Pourquoi la dentisterie esthétique a-t-elle explosé ces dernières années ?

Dr F. J. : C’est très lié à la recherche de l’image que l’on donne de soi en société et que l’on a soi-même. Les critères d’exigence ont augmenté notamment dans le sourire qui passe par de jolies dents tout simplement. La demande en esthétique dans notre pratique est répartie comme suit : 80% de femmes et 20% d’hommes. C’est souvent au cours de la première consultation que la demande se précise. Il est très rare que les hommes viennent spontanément pour demander des facettes ! Je pose souvent cette question : « Si vous aviez une baguette magique que feriez-vous dans votre bouche ? ». Les adultes qui veulent harmoniser leur sourire ont deux options : recourir à l’orthodontie à l’aide d’aligneurs invisibles (sur 2 ans en moyenne) ou faire des facettes de réalignement entre autres. Ces techniques sont peu invasives. La dentisterie esthétique intervient aussi en post-orthodontie pour finaliser le traitement sur l’aspect ou sur la forme.

 

INVIVOX : Quelle est la bonne stratégie à adopter face au large choix de CFAO ?

Dr F. J. : C’est abordé lors de cette formation. Pour les participants qui n’ont pas encore choisi entre CEREC Direct et Connect ou une caméra seule (en fonction du prix, de la qualité, du SAV) ou encore un système complet multimarque, nous les aidons à s’y retrouver. Il ne faut pas négliger l’importance de bien choisir ses partenaires. Dans ce domaine, les mises à jour régulières et les formations complémentaires sont importantes d’où la nécessité de faire attention avec qui on va travailler.

 

INVIVOX : Quels conseils donnez-vous pour construire un plan de traitement efficace ?

Dr F. J. : D’aller d’abord à la recherche de ce que le patient attend, puis de lui expliquer comment nous allons arriver à l’objectif fixé et avec quels outils. Le but est de laisser le choix au patient. S’il veut profiter des possibilités du Direct, il faut qu’il accepte de rester avec nous entre 2, 3 ou 4 heures d’affilée. L’avantage pour lui est d’avoir des séances confortables très peu nombreuses, dans une unité de temps et de lieu, à l’issue desquelles il repart avec le résultat final. Il y a de nombreux arguments à donner mais c’est le rêve du patient qui nous guide sur le plan de traitement. Il faut vraiment passer du temps lors de la première consultation car un patient ne peut pas exprimer ses réelles attentes en 5 minutes.

 

INVIVOX : Vous insistez beaucoup sur le bien-être du patient, quels petits trucs et astuces utilisez-vous dans votre cabinet pour aller dans ce sens ?

Dr F. J. : Dans notre cabinet, nous avons établi une règle : l’absence de retard des praticiens. Nous avons deux assistantes, une au fauteuil et une dédiée à la prise en charge et aux conseils, ce qui est très rassurant pour nos patients. Nous évitons aussi le bruit et l’agitation (par exemple nos usineuses sont dans une pièce vitrée insonorisée). Nous faisons tout pour rendre les séances le plus agréable possible. 

 

INVIVOX : Quelles sont les parties de cours qui vont intéresser le plus les participants ?

Dr F. J. : L’organisation du carnet de rendez-vous et la bonne utilisation de la nouvelle CCAM. En clair : s’ôter du stress !

 

INVIVOX : Comment sont organisés les TP ?

Dr F. J. : Nous nous basons sur des études de cas réels pour élaborer l’organisation des carnets de rendez-vous, des plans de traitement, sur le message à tenir auprès du patient. Nous faisons aussi des jeux de rôles en fonction des personnalités des patients…

 

INVIVOX : Quels vont être les 3 ou 4 bénéfices pour les participants ?

Dr F. J. : Dès le lundi être sereins sur la CCAM, en ayant des protocoles prêts à être utilisés, en sachant générer une bonne cohésion d’équipe au sein du cabinet et du laboratoire de prothèse. Être rentables dans cette période de reprise après le Maeltrom CoVID-19

 

INVIVOX : Que vont savoir-faire concrètement les participants en rentrant chez eux ?

Dr F. J. : Ils sauront exploiter le meilleur de l’organisation CEREC pour un exercice fructueux pour leurs patients et pour eux-mêmes. Ils auront la maîtrise de leur nouveau cadre de facturation pour une meilleure rentabilité avec l’outil numérique.

 

INVIVOX : Entre évolutions techniques et numériques, que conseillez-vous à vos confrères pour maintenir à flot connaissance et excellence ? 

Dr F. J. : Il faut se former ! Il y a de nombreuses possibilités en présentiel avec l’Académie du Sourire (http://academie-du-sourire.com/), les DU comme celui de Toulouse ou les centres de formation comme M’School (https://www.mschool.fr/index.php/formation), les formations de la Dentsply Sirona Academy (https://www.dentsplysirona.com/fr-fr/education/overview.html) sans oublier les congrès et le e-learning, par exemple en ortho : (https://www.suresmile.com/?lang=fr) qui permettent de maintenir à jour ses connaissances et de ne pas se retrouver seul face à une nouvelle technologie en évolution permanente.

 

Share this article